lundi 14 juin 2010

La Maison du Mystère 1922 (I)

Julien Villandrit (Ivan Mosjoukine)

Un film en en 10 épisodes de Alexandre Volkoff
(1ère Partie Résumé des 3 premiers épisodes)
-1- L'Ami félon
-2- Le Secret de l'étang
-3- L'Ambition au service de la haine
Julien Villandrit (Ivan Mosjoukine) est épris de Régine (Hélène Darly). Timide de nature, il a du mal à faire sa demande en marriage. Mais, les parents acceptent facilement. Il repart éperdument amoureux et heureux. En chemin il croise son ami d'enfance, le sombre Corradin (Charles Vanel) qui etouffe de jalousie en apprenant son marriage imminant avec la femme qu'il aime lui aussi. Julien et Hélène sont maintenant marrié depuis 7 ans. Une petite fille, Christiane est née. Le vieux banquier Marjory vient souvent visiter Hélène. Corradin en profite pour insinuer à Julien que le vieux pourrait être l'amant de sa femme. D'autant plus que la filature que dirige Julien va mal finacièrement et que Marjory lui prête régulièrement de fortes sommes d'argent. Corradin subtilise une lettre de Marjory à Régine -qui pourrait être mal interprétée- et la laisse en évidence dans les appartements de Julien. Furieux et jaloux, il se précipite chez Marjory, le menace et tente de l'étrangler. Marjory lui avoue alors être le véritable père de Régine. Il est mal en point et Julien se précipite pour chercher de l'aide. Quand il revient, Marjory n'est plus à la même place et il est mort. Tous les indices sont contre Julien qui devient le suspect numéro 1. Mais le bûcheron Rudeberg (Nicolas Koline) a pris des photos de Corradin en train de frapper et de tuer Marjory. Il fait chanter celui-ci. Corradin récupère les clichés et les brûle. Mais, il réalise qu'il n'a pas la négatif. Pendant ce temps, Julien échappe à la surveillance des gendarmes. Il se cache dans le parc de son château. Corradin a drogué Rudeberg et met le feu à sa cabane en espérant le faire disparaitre ainsi que les preuves le compromettant. Julien aperçoit les flammes et sauve in extremis Rudeberg. Corradin se rend compte que les négatifs sont dans un tabouret que le bûcheron garde près de lui....
Si je vous ai raconté le film dans ses moindres péripéties, c'est que ce film à épisodes est basé sur un roman populaire de Jules Mary qui fut un grand succès lors de sa parution en épisodes dans Le Petit Parisien. Volkoff et Mosjoukine en assure l'adaptation qui se veut fidèle. Comme le résumé le suggère, il contient tous les ingrédients indispensables: jalousie, meurtre, naissance cachée, etc. Dès les premières images, Julien est présenté comme un garçon sensible et intègre. Mosjoukine lui donne une épaisseur comique et romantique typiquement russe, au meilleur sens du terme. Il faut le voir sauter sur la selle de son cheval et attérir debout sur celle-ci! :shock: Après avoir embrassé sa bien-aimée, il se laisse aller à une exubérance tout Keatonienne: galipettes, jouant à saute-mouton, etc. Charles Vanel est l'ami félon qui dès le début du film apporte le malaise. Nous le découvrons alors qu'il effrait un mendiant sans défense avec un molosse à l'allure féroce. Il marche dans les sous-bois épiant Hélène et son ami. La violence est à fleur de peau chez lui dans son jeu tout intérieur et calme en apparence. Nicolas Koline -qui interprète très souvent des roles comiques avec talent y compris dans le Napoléon d'Abel Gance- est le bûcheron amateur de photographie qui va se trouver sur le chemin de l'affreux Vanel. Si les situations sont stéréotypées, le film lui avance avec un rythme souple prenant le temps de bien situer chaque personnage. La cinématographie de Joseph-Louis Mundwiller est remarquable. Le marriage de Julien est traité en ombres chinoises avec tous les personnages en silhouettes comme dans un dessin animé de Reiniger.Vanel ne reculera devant rien pour détruire Mosjoukine et les épisodes suivants seront surement plein de nouveaux rebondissements. A suivre!

Aucun commentaire: