dimanche 11 juillet 2010

Die Liebe der Jeanne Ney 1927

(L'Amour de Jeanne Ney)
Un film de GW Pabst avec Edith Jéhanne et Uno Henning

Raymond Ney, un immigré français en Crimée est tué durant la Révolution. Sa fille Jeanne (E. Jéhanne) fuit en France aidée par un bolchévique (W. Sokoloff). Elle laisse derrière elle, Andréas (U. Henning) dont elle est amoureuse, bien qu'il ait tué son père. A Paris, elle trouve refuge chez son oncle, un détective privé qui vit avec Gabrielle, sa fille aveugle (Brigitte Helm)...
Ce film de Pabst a une distribution assez internationale avec la française Edith Jéhanne dans le rôle principal. Cette jeune ingénue qui fut à l'affiche de trois films muets de Raymond Bernard (Triplepatte, Le Joueur d'Echec et Tarakanova) a fait une carrière éclair dans le cinéma français des années 20. Elle représentait la jeune fille innocente (comme Annabella) avec beaucoup de talent face à de nombreuses actrices plus mûres. Ici, elle est à nouveau victime des hommes qui l'entourent: son oncle libidineux et le sinistre Khalibiev. J'ai énormément aimé les scènes tournées dans Paris au Buttes-Chaumont et dans les Halles. Son partenaire est le suédois Uno Henning qui tient aussi le rôle principal dans A Cottage on Dartmoor d'Asquith. On retrouve les obsessions de Pabst qui aime fouiller dans les recoins les plus sombres de l'âme humaine avec le personnage de Khalibiev (F. Rasp) qui veut épouser Gabrielle pour son argent bien que son handicap lui fasse horreur. On retrouve les très gros-plans claustophobiques habituels pour les scènes les plus tendues. Mais, le film conserve une couleur assez claire dans l'ensemble si on le compare à La Rue sans joie ou à Loulou. Je dois signaler que la musique de Thimothy Brock sur le DVD Kino est excellente: une suite de chambre avec une tonalité qui rappelle le Herrmann de Vertigo.

Aucun commentaire: