lundi 5 juillet 2010

La Divine croisière 1928

Un film de Julien Duvivier avec Jean Murat, Henry Krauss, Thomy Bourdelle et Charlotte Barbier-Krauss

L'armateur Ferjac (H. Krauss) insiste pour que son bateau 'Le Cordilière' reprenne la mer avant d'être réparé. Le capitaine, Jacques de St Ermond (J. Murat) proteste, mais, finalement doit se résigner. Ils embarquent avec eux un nouveau marin Mareuil (T. Bourdelle). En mer, Mareuil fomente une mutinerie et provoque le naufrage du navire. A terre, les familles des marins pensent qu'ils sont morts et envahissent la demeure de Ferjac pour se venger...
Ce film dont le scénario est de Duvivier lui-même démarre extrêmement bien en montrant les relations tendues entre le riche armateur de Paimpol et les malheureux matelots qui doivent prendre des risques énormes pour un maigre salaire. L'arrivée du matelot Mareuil laisse présager le pire. Il provoque le naufrage en poussant les matelots à se révolter. Une fois en possession du navire, ils s'enivrent oubliant la manoeuvre. Malheureusement, la deuxième partie du film devient une sorte de parabole religieuse où un 'miracle' va sauver l'équipage échoué sur une île déserte. Il est étonnant de constater le nombre important de films religieux (pour ne pas dire de bondieuseries!) qu'a tourné Duvivier à cette époque. Le film a néanmoins certaines qualités comme l'utilisation de la ville de Paimpol et probablement de la 'figuration locale'. Mais, le scénario aurait pu être bien plus intéressant si les personnages du capitaine (joué par Jean Murat) et celui de Mareuil n'étaient restés à l'état d'ébauche. Tout le reste du film se concentre sur une intervention divine, qui récompense le bien et punit le mal, guidée par la fille de Ferjac (Suzanne Christy) qui a reçu ses instructions de la Vierge Marie. Le film est légèrement incomplet, mais cela n'entrave pas la compréhension. Un Duvivier inégal.

Aucun commentaire: