samedi 27 août 2011

Upper World 1934

L'Homme de quarante ans
Un film de Roy Del Ruth avec Warren William, Mary Astor, Ginger Rogers et Dickie Moore

Alexander Stream (W. William), un magnat du chemin de fer, s'ennuie dans sa luxueuse propriété. Son épouse Hettie (M. Astor) est obsédée par sa vie sociale et le délaisse. Un jour, il rencontre une show girl, Lily Linda (G. Rogers) qu'il sauve de la noyade...

Ce délicieux Pre-Code bénéficie d'un bon scénario signé Ben Hecht. Le film commence comme une comédie. Nous découvrons la vie des super-riches qui mènent une existence oisive et superficielle. Entourés de domestiques qui ne peuvent vaquer à leurs occupations car le maître fait la grasse matinée jusqu'à midi, les Stream sont un couple en complète dislocation. Elle (Mary Astor) ne songe qu'à sa vie mondaine faite de dîners et cocktails et lui essaie d'échapper à ses rendez-vous pour flirter avec une show girl. Leur fils Tommy (joué par Dickie Moore) est laissé aux domestiques avant d'être expédié dans un 'summer camp' chic. Laissé seul par son épouse, Alexander Stream (Warren William) s'amourache de Lily Linda (Ginger Rogers) qui lui apporte une affection qui lui manque auprès de sa femme. Mais, la situation va virer au cauchemar quand le petit ami de Linda (J. Carroll Naish) essaie de le faire chanter. Linda est tuée et il tire sur son meurtrier. Il tente de maquiller maladroitement le crime. Le film fourmille de détails réjouissants tels que les discussions en maître et chauffeur. Warren William, toujours parfait en homme de la haute atteint du démon de midi, discute avec Andy Devine (toujours aussi truculent) de jolies filles et comment en rencontrer. Devine dit préférer les bibliothèques municipales où il cible les filles qui aiment lire les romans d'amour. De même, le policier interprété par Sidney Toler se révéle être le déclencheur de la chute d'Alexander Stream. Il lui a fait perdre son travail et celui-ci se vengera en enquêtant sur le meurtre de Linda. Tout cela est rondement mené par un Roy Del Ruth en grande forme. Mary Astor joue avec son talent habituel la dame de la haute dévorée par la 'jet set'. Ginger Rogers, alors débutante, est une show girl fort aguichante avec un costume de scène ultra-léger, typique de la période. Le seul bémol vient du final du film qui parait expédié et peu crédible comme si tout était bien dans le meilleur des mondes après la démonstration inverse que nous avons eu durant tout le film. Un très bon petit film Warner.

Aucun commentaire: