lundi 14 juin 2010

Michel Strogoff 1926

Un film de Victor Tourjansky avec Ivan Mosjoukine et Nathalie Kovanko

Le roman de Jules Verne est ici adapté par des russes qui lui donnent une patine et une authenticité absente des nombreuses autres version. Je dirais d'ailleurs que ce film est la meilleure version du roman que j'ai pu voir - et de loin ! Le film a été tourné en Lettonie dont les monuments et paysages rappellent leur grand voisin. Tous les russes immigrés de Paris se sont retrouvés là pour servir ce roman français avec des décors fantastiques de Lochakoff. Le film dure environ 2h50 et paraît infiniment plus court. Le film part comme un boulet de canon avec un montage rapide à faire pâlir Abel Gance (d'ailleurs les opérateurs du film sont ceux de Napoléon: L.H. Burel, Bourgassoff et Toporkoff). Hélas, la copie bien médiocre que j'ai vue ne permet pas de l'apprécier pleinement. Il y a une scène dans le film qui m'a rappelé la scène du cauchemar dans Le Brasier Ardent de Mosjoukine: la même folie expressioniste lorsque Strogoff délirant se voit la proie de sorcières qui tire son habit déchiré. je pense que l'interprète a dû avoir une influence décisive pour cette scène. Nathalie Kovanko (Mme Tourjansky à la ville) joue le rôle de Nadia avec talent. Les scènes de bataille et d'action sont tout à fait formidables. Tourjansky venait de travailler comme assistant réalisateur sur Napoléon, ceci explique probablement cela. Voilà un réalisateur très inégal; mais, il faut reconnaître que son Strogoff est remarquable. La copie que j'ai vue était accompagnée par une partition musicale absolument formidable de Amaury du Closel. Il porte littéralement le film à bout de bras avec un tapis sonore chromatique qui évoque autant Debussy que Tchaikovski. Il n'y a pas trace de 'couleur locale' artificielle dans sa partition qui donne au film un dynamisme foudroyant ainsi qu'une atmosphère quasi impressionniste. Formidable!

Aucun commentaire: